2019 09 08 – Brésil : Ordem e progresso

Telle est la devise de la République fédérative du Brésil, depuis son institution en 1889.

Ordre et Progrès : l’adage du positivisme, courant de pensée philosophique initié par le philosophe… français Auguste Comte.

C’était au temps où les dirigeants du Brésil admiraient la France ; où le dernier roi Pedro II était l’ami de Victor Hugo, de Frédéric Mistral, de Louis Pasteur, parmi Charles Darwin, Friedrich Nietzsche, Richard Wagner et tant d’autres.

Pedro II du Brésil

Il n’est pas vain de le rappeler aux très cultivés président et ministres brésiliens de circonstance, qui se vautrent dans la boue de la vulgarité et plagient le fascisme crapuleux-crapoteux de nos années 30 européennes…

Tiens, pour ne pas m’appesantir, une petite citation d’Auguste Comte : « L’Humanité, c’est l’ensemble des êtres passés, futurs et présents qui concourent librement à perfectionner l’ordre universel. 

« L’ensemble des êtres » blancs, jaunes, noirs, homos, hétéros… « qui concourent librement » sans violence et sans haine : c’est la devise de votre pays, MM. Jair Bolsonaro et Paulo Guedes…

Alors vos grossièretés d’histrions qui veulent flatter le nationalisme le plus borné d’une partie du peuple brésilien ne pourront rien contre l’amitié séculaire entre nos deux pays, l’un immense par sa superficie et sa population, l’autre tout autant par sa culture et sa contributions aux Droits humains que vous piétinez.

8 septembre 2019