2017 05 20 : Le mystère Ed Sheeran

Bon alors voilà, amies, amis, pourquoi je vous appelle à l’aide : il s’agit de m’aider à répondre à une interrogation qui m’obsède depuis plusieurs mois.

Il est vrai que je ne suis en matière musicale qu’un amateur chichement éclairé ; et quant à la musique dite de variétés, mon éclairage a l’intensité et la modernité de la bougie…

Car c’est d’un cruel doute musical dont il s’agit de me délivrer.

La musique de variétés, j’essaie de la reconnaître et de l’estimer sans a priori lorsqu’elle est prenante, originale, bien composée, chantée par une voix hors du commun, servie par un texte remarquable…

Je ne vais pas lister ici tous les artistes de variétés que je distingue pour l’une ou l’autre voire plusieurs de ces qualités.

Et lorsque la notoriété leur advient, qu’ils vendent beaucoup de titres, qu’ils totalisent des millions de vues sur les réseaux sociaux You Tube, Deezer, Instagram, Spotify, iTunes, qu’ils se voient décerner des prix, récompenses et distinctions, j’en suis bien content.

Mais là, voici un garçon d’origine irlandaise et même un peu française, qui depuis cinq ans pulvérise les ventes outre-Manche, puis aux USA puis en Europe et enfin en France : en avril il a rempli Bercy et je sens que bientôt il comblera le stade de France…

Incontestablement, il a une bonne tête, de gentilles idées (convictions serait excessif, et d’ailleurs on ne demande pas à un chanteur d’en avoir ou de les afficher).

Indubitablement, ses chansons tapissent agréablement le fond sonore des bars sympas, des boîtes plaisantes et des salons de coiffure estimables (car plus qu’à tout autre commerce, je pense irrésistiblement au salon de coiffure eu égard à son enjolivement capillaire…).

Bon alors voilà, amies, amis, répondez-moi sans détour : au-delà de ces qualités, qui dans l’époque de ma jeunesse lui auraient assuré des applaudissements nourris à la fête de fin d’année de mon collège, dites-moi quelles sont celles qui m’ont échappé et qui expliquent son envol planétaire ?

20 mai 2017