2017 05 17 : L’insupportable légèreté de la Pléiade

Puisque nous voici comme chaque année fin mai dans « La quinzaine de la Pléiade », je livre à nouveau une réflexion un peu désabusée sur cette collection qui rassemble plus de 250 volumes dans ma bibliothèque.

Ressentiment qui s’articule autour de six reproches.

1° Imprécision :

Lorsque la publication d’une œuvre va nécessiter plusieurs volumes, la Pléiade ne daigne pas préciser en quatrième de couverture (et très rarement au catalogue) combien il y en aura.
Donc quand plusieurs volumes numérotés sont parus, on ne sait pas clairement si la série est terminée ou inachevée.

2° Lenteurs :

Pour ces éditions en plusieurs volumes, le délai de parution est devenu très long. Ainsi, pour m’en tenir aux œuvres que j’ai dans ma bibliothèque :

  • Honoré de Balzac, correspondance : tome I paru en 2006, tome III en 2017 : 11 ans…
  • Marcel Aymé, œuvres romanesques complètes : tome I paru en 1989, tome III en 2001 : 12 ans…
  • Louis-Ferdinand Céline, romans : tome I paru en 1981, tome IV en 1993 : 12 ans…
  • Alexis de Tocqueville, œuvres : tome I paru en 1991, tome III en 2004 : 13 ans…
  • Jane Austen, œuvres romanesques complètes : tome I paru en 2000, tome II en 2013 : 13 ans…
  • William Shakespeare, œuvres complètes : tome I paru en 2002, tome VII en 2016 : 14 ans…
  • Louis Aragon, œuvres romanesques complètes : tome I paru en 1997, tome V en 2012 : 15 ans…
  • Guillaume Apollinaire, œuvres en prose complètes : tome I paru en 1977, tome III en 1993 : 16 ans…
  • Alfred Jarry, œuvres complètes : tome I paru en 1972, tome III en 1988 : 16 ans…
  • Colette, œuvres : tome I paru en 1984, tome IV en 2001 : 17 ans…
  • Raymond Queneau, œuvres complètes : tome I paru en 1989, tome III en 2006 : 17 ans…
  • André Breton, œuvres complètes : tome I paru en 1988, tome IV en 2008 : 20 ans…
  • André Malraux, œuvres complètes : tome I paru en 1989, tome VI en 2010 : 21 ans…
  • Julien Green, œuvres complètes : tome I paru en 1972, tome VIII en 1998 : 26 ans…
  • Gustave Flaubert, correspondance : tome I paru en 1973 tome V en 2007 : 34 ans…
  • Jean-Jacques Rousseau, œuvres complètes : tome I paru en 1959, tome V en 1995 : 36 ans…
  • William Faulkner, œuvres romanesques : tome I paru en 1977, tome V en 2016 : 39 ans… Le record !

Lenteurs inévitables, direz-vous, du fait de l’extrême exigence éditoriale ainsi que de l’appareil considérable de notes et notices, qui font à juste titre la renommée de la Pléiade ?

Non, cette excuse ne suffit pas ; car auparavant, disons jusque vers 1995, les délais de parution étaient souvent plus brefs. Toujours pour m’en tenir à ma bibliothèque :

  • Les 4 volumes d’A la recherche du temps perdu de Marcel Proust sont parus en 2 ans, entre 1987 et 1989
  • Les 3 volumes des œuvres de Joseph Arthur de Gobineau sont parus en 4 ans, entre 1983 et 1987
  • Les 3 volumes des œuvres complètes de Gérard de Nerval sont parus en 4 ans, entre 1989 et 1993
  • Les 12 volumes de La comédie humaine d’Honoré de Balzac sont parus en 5 ans, entre 1976 et 1981
  • Les 3 volumes des œuvres en prose complètes de Charles Péguy sont parus en 5 ans, entre 1987 et 1992
  • Les 8 volumes des Mémoires de Saint-Simon sont parus en 5 ans, entre 1983 et 1988
  • Les 3 volumes des romans et nouvelles complets d’Ivan Tourguéniev sont parus en 5 ans, entre 1981 et 1986
  • Les 5 volumes des romans de Dostoïevski sont parus en 6 ans, entre 1950 et 1956
  • Les 3 volumes des journaux et carnets de Léon Tolstoï sont parus en 6 ans, entre 1979 et 1985
  • Les 3 volumes des œuvres philosophiques d’Emmanuel Kant sont parus en 6 ans, entre 1980 et 1986
  • Les 4 volumes des œuvres romanesques et théâtrales complètes de François Mauriac sont parus en 7 ans, entre 1978 et 1985
  • Les 5 volumes des Rougon-Macquart d’Emile Zola sont parus en 7 ans, entre 1960 et 1967

3° Chantiers à l’abandon :

Lorsque la publication d’une série n’est pas finie, il est aléatoire ou risqué d’acheter les tomes déjà parus. Ainsi, pour ce qui concerne celles en souffrance dans ma bibliothèque :

  • Voltaire : 13 tomes de Correspondance, c’est copieux certes ; plus un de Mélanges ; un de romans et contes ; et un dernier d’œuvres historiques ; cela fait 16 volumes de Voltaire ; mais plus rien d’indiqué « en préparation ». Même pas le Dictionnaire philosophique, excusez du peu !
  • Gustave Flaubert, œuvres complètes : tome I paru en 2001, tomes IV et V « en préparation » : depuis 16 ans…
  • Friedrich Nietzsche, œuvres : tome I paru en 2000, tomes II et III « en préparation » : depuis 17 ans…
  • Honoré de Balzac, œuvres diverses : tome I paru en 1990, tome III « en préparation » : depuis 27 ans…
  • Orateurs de la Révolution française : tome I paru en 1989 (évidemment), le tome II n’est pas même indiqué « en préparation » : depuis 28 ans…
  • Alfred de Vigny, œuvres complètes : tome I paru en 1986, tome III « en préparation » : depuis 31 ans…
  • Jean-Paul Sartre : le tome Romans est paru en 1982, le Théâtre en 2005 et Les Mots en 2010, mais rien d’autre n’est indiqué « en préparation » : Ainsi depuis 35 ans… Sartre sans ses œuvres philosophiques, excusez du peu !
  • Victor Hugo, œuvres poétiques : tome I paru en 1964, tomes IV et V « en préparation » : depuis 53 ans…
  • Karl Marx, œuvres : tome I paru en 1963, le tome V n’est même plus indiqué « en préparation » (et le VI ? et le VII ?) ; donc inachevé depuis 54 ans… Record toutes catégories pour le vieux Karl !

C’est agaçant, c’est frustrant… et c’est ruineux ! Car sauf à être riche, ce que je ne suis pas, lorsqu’on a commencé à acheter les premiers volumes dans la Pléiade, qui n’est pas bon marché, on rechigne à racheter l’auteur chez un autre éditeur.
Moralité première : si vous êtes pressé ou si vous êtes trop vieux, n’achetez pas en Pléiade une œuvre dont la publication n’est pas terminée…
Moralité deuxième : si vous ne voulez ni gaspiller votre budget livres en achats de doublons, ni mourir sans avoir lu la philosophie de Sartre ou celle de Voltaire, achetez-les ailleurs…

4° « Indisponibles provisoirement » … mais jusques à quand ?

D’un catalogue annuel à l’autre, apparaît soudain la mention « épuisé » (d’Aubigné, Boileau, Courier, Cros, Corbière, Malherbe, Monluc, Polybe, Sainte-Beuve…). Là, c’est sans espoir : les Pléiades sont rarement réimprimés…
Mais lorsque vous lisez « Indisponible provisoirement », vous pensez qu’il suffira d’être un peu patient, « provisoirement » ayant un sens que le plus réputé éditeur de langue française ne saurait ignorer… Patienter un ou deux ans ? Eh bien vous allez déchanter :

  • Daniel Defoe : le tome II des romans est « Indisponible provisoirement » depuis 2002
  • Jules Vallès : le tome I des œuvres est « Indisponible provisoirement » depuis 1998
  • Henry Fielding : romans est « Indisponible provisoirement » depuis 1995
  • Marivaux : Romans, récits, contes et nouvelles est « Indisponible provisoirement » depuis 1995
  • Alfred de Musset : œuvres en prose est « Indisponible provisoirement » depuis 1995

Et sans mentionner, pour ne pas désespérer le bibliophile, les Pléiades qui sont passés de « Indisponible provisoirement … à « épuisé ».

Moralité troisième : pour éviter de fulminer parce qu’une série que vous aviez commencé à acquérir vous laisse en rade avec des tomes « indisponibles provisoirement », achetez-la en une seule fois (si vous avez les moyens…).

Quant à l’Encyclopédie de la Pléiade ne la cherchez plus, elle n’est plus en vente depuis 2009. Vous aviez reçu un préavis ? Moi pas ; tant pis s’il me manquait encore quatre des 20 volumes…

5° Erreurs :

Il y a eu aussi des erreurs de numérotation, de classification, d’intitulé. Voici la dernière repérée :

En septembre 2014 paraît un volume intitulé « Aristote : œuvres ». La lettre de La Pléiade n° 55 l’annonce identiquement : « Aristote : œuvres » sans numéro de tome. Chez le libraire, je le compulse et je m’aperçois qu’il ne réunit qu’une petite partie des œuvres.

Dans le catalogue annuel, l’intitulé devient enfin : « Œuvres tome I »

Sauf que le volume, lui, n’est pas corrigé, ni au dos ni en quatrième, que la Pléiade ne s’est pas même donné le soin d’apposer un adhésif d’avertissement rectificatif, et continue donc d’induire l’acheteur en erreur. Bien entendu, comme d’habitude, il n’est pas indiqué de tome II en préparation, ni combien de tomes il y aura…

6° Sélection du Reader Digest ?

Il me faut encore signaler un abus de langage désagréable de la part de la Pléiade :
Dans le vocabulaire éditorial usuel, l’intitulé œuvres complètes est explicite ; la dénomination œuvres signifie quant à elle les œuvres majeures ou significatives, à l’exception par exemple des écrits de jeunesse, des journaux, récits, articles… Si un recueil ne comporte qu’une fraction des œuvres majeures, il s’intitulera alors œuvres choisies.
Cette terminologie basique, depuis quelques années la Pléiade ne la respecte plus, comme si elle s’ingéniait, une fois encore, à laisser son lecteur dans le flou ou l’erreur. Ainsi :

  • Cioran, œuvres : le volume paru en 2011 ne reprend pas des textes importants comme Sur les cimes du désespoir ou Anthologie du portrait.
  • Jean d’Ormesson, œuvres : le volume publié en 2015 ne comporte que 4 textes sur la quarantaine livrés par l’auteur.
  • Mario Vargas Llosa, œuvres romanesques : les 2 tomes parus en 2016 rassemblent 8 romans sur les 22 produits par cet écrivain.
  • Georges Simenon, romans : les 2 tomes parus en 2003 proposent 22 titres sur les 200 publiés par l’auteur.

La raison ? Economique bien sûr : La Pléiade, qui sur ce plan ne se distingue plus guère désormais d’autres éditeurs et collections, ne veut plus s’engager dans la publication d’œuvres complètes ou quasi-complètes volumineuses, qu’elle ne serait pas certaine de rentabiliser. Motivation légitime peut-être, compréhensible sans doute… mais pourquoi ne pas le dire clairement au lecteur ? Pourquoi ne pas intituler ces recueils œuvres choisies ?

****

Paradoxalement, une recherche documentaire dans la presse littéraire ne vous livrera pratiquement aucune critique de La Pléiade telle que je viens de l’exposer. Comme si cette prestigieuse collection était intouchable… Vous trouverez quelques articles qui signaleront que tel ou tel auteur n’est pas encore complètement publié, mais sans s’appesantir.

La Pléiade, vache sacrée de l’édition française ?

17 mai 2017