Livre : Politique de santé et principe de précaution

Contribution objective à un débat salutaire

Les questions d’environnement telles qu’elles se présentent à l’échelle de la planète ont été l’occasion première de formuler le principe de précaution. Ce principe n’a pas manqué de peser sur les politiques de santé. Des OGM à la « vache folle », aux pandémies de grippes, aviaire puis A (H1N1), et demain aux nanotechnologies, la nécessité s’impose de distinguer entre risques réels et risques perçus.

De récentes décisions de justice sur l’implantation d’antennes de téléphones portables ont été prises au nom de la santé publique. La confusion des esprits se révèle d’autant plus grande que les médias ont propension à jouer du catastrophisme. L’expertise scientifique se trouve systématiquement suspectée d’insincérité.

Comment garantir l’objectivité des données à partir desquelles un véritable débat pourrait se développer ? Peut-on imaginer une instance qui serait dégagée de l’influence des pouvoirs politiques et économiques comme des associations militantes ? Notre pays ne doit-il pas en ces matières rehausser ses exigences scientifiques, comme l’Europe a décidé de le faire ?

Telles sont quelques-unes des questions-clés abordées dans cet ouvrage issu d’une réflexion menée par l’Académie nationale de médecine et le Centre Georges Canguilhem de l’Université Paris Diderot-P7.

s./dir. A Aurengo D Couturier D Lecourt C Sureau M Tubiana
juillet 2011 – 243 pages – 17 €
Collection Quadrige
PUF
6 avenue Reille
75014 PARIS
www.puf.com