2010 01 13 : L’Etat prédateur, comment la droite a renoncé au marché libre et pourquoi la gauche devrait en faire autant (James K. Galbraith)

Le sous-titre contient à lui seule la thèse développée dans ce livre. Depuis trente ans, le culte du marché a dominé le discours politique. État modeste, impôts limités, déréglementation et libre-échange sont les maîtres mots de ce dogme. Or, à l’aube du XXIe siècle, nous assistons en Amérique à un drôle de chassé-croisé idéologique. Au moment où la gauche moderne a presque achevé sa conversion au marché libre, la droite conservatrice… a abandonné cette idée.

Galbraith montre comment, des années Reagan aux années Bush, la droite au pouvoir a transformé les États-Unis en république-entreprise où l’économie n’est pas régie par le marché mais par une coalition de lobbies industriels. Ces derniers sont soutenus par un État prédateur qui, loin de limiter l’emprise du gouvernement sur l’économie, entend au contraire l’approfondir pour détourner l’action et les fonds publics au profit d’intérêts privés. Si le discours officiel est resté libéral, c’est précisément pour masquer cette forme perverse d’étatisme.

La nouvelle gauche libérale serait bien inspirée de se désintoxiquer et de comprendre enfin que les marchés n’apporteront aucune solution à la crise contemporaine, à la pauvreté, aux inégalités, à la crise écologique, tous ces défis qui appellent au contraire la planification, le contrôle public de la répartition des revenus et du financement de l’économie.

« Galbraith montre comment briser l’emprise magique des conservateurs sur les esprits de gauche. » Joseph Stiglitz, prix Nobel d’économie.

James K. Galbraith est professeur d’économie à la Lyndon B. Johnson School of Public Affairs de l’université du Texas. Économiste hétérodoxe, il s’inscrit dans une longue lignée marquée par la figure mondialement reconnue de son père John K. Galbraith.

James K. Galbraith
septembre 2009 – 298 pages – 23 €
Collection Economie humaine
Seuil
27 rue Jacob
Paris 6e
www.editionsduseuil.fr