Livre : Le développement durable de la personne

Pour une nouvelle politique des âges de la vie

Enfance, jeunesse, âge adulte, vieillesse, correspondaient jadis à des statuts bien définis. Leur sens aujourd’hui semble s’être brouillé. Entre l’enfance idolâtrée, « l’adolescence interminable » et la « deuxième vie » des jeunes retraités, l’âge adulte, aux contours incertains, paraît lui-même en crise.

Dans un tel contexte, la traditionnelle « police des âges » consistant à fixer des seuils et à orienter les vies s’est épuisée. Comment l’État doit-il redéfinir ses missions afin d’accompagner ces longs fleuves tumultueux que sont devenues les vies contemporaines ? Plaidant pour une nouvelle politique des âges de la vie, cette note s’efforce d’en dégager les principes, les finalités et les moyens, d’en offrir aussi quelques illustrations exemplaires. L’idéal d’un âge adulte autonome et responsable n’a pas disparu, mais il se voit contrarié par les périodes de vulnérabilité (entrée dans la vie, chômage, vieillissement) que chacun traverse.

La politique des âges doit donc favoriser autant que possible la « production » d’adultes autonomes et responsables, puis « protéger » cette autonomie et cette responsabilité tout au long de la vie, sans que l’assistance ne la mette en péril. Un nouvel horizon politique se dessinerait ainsi sous nos yeux : celui d’un État solidaire qui se donnerait pour tâche d’assurer, pour ainsi dire, le développement durable de la personne.

Eric Deschavanne & Pierre-Henri Tavoillot
avril 2007
Collection Note
La Documentation française