Livre : La santé et les autoroutes de l’information

Les ouvrages difficiles à lire ne sont pas forcément excellents, mais ici vous serez récompensés de vos efforts !

Nous même y avons mis le temps, puisque l’ouvrage est paru… il y a un an. Lorsque vous aurez achevé sa lecture, vous ne saurez ni bidouiller vos connexions internet, ni agrémenter un site Web, car ce n’est pas un manuel de bricolage. Mais vous aurez en tête une perspective voire une prospective—pour autant que des certitudes puissent se forger dans un domaine aussi volatile— sur les enjeux réels et les conséquences possibles de l’irruption annoncée des NTIC dans le champ de la santé.

L’ouvrage fait largement référence à l’expérience québécoise, ce qui n’est pas inintéressant bien qu’on puisse toujours douter de la transposition du fait des différences culturelles et socio-économiques voire géographiques entre la belle province et nos régions sanitaires. Mais il ne contourne aucune des problématiques propres à la France : partant du constat de la crise socio-sanitaire et des perspectives de développement des alternatives, il livre une réflexion dense et serrée quant à l’impact des NTIC sur cette tendance au « tout ambulatoire ».

Cependant, son principal mérite, selon nous, est de remettre au premier plan les facteurs humains, les réseaux de solidarité étant toujours plus robustes que les réseaux de la plus élaborée des électroniques. Et de montrer, lucidement, que les innovations technologiques de la télémédecine, du commerce électronique, des cartes de santé, des réseaux d’imagerie et autres formes de cybermédecine ne supprimeront pas par magie, mais déplaceront simplement, les questions déterminantes auxquelles il faudra donc, en dernier ressort, apporter une réponse politique et démocratique : marchandisation des soins et rôle de l’Etat, problématiques territoriales, prévention et santé publique.

Sous la direction de Dominique Carré et Jean-Guy Lacroix
L’Harmattan, Collection Communication et civilisation, septembre 2001, 312 pages, prix nc