2013 12 30 : A Nice, enfin un peu d’air salubre ? (Dieudonné)

Chic ! Chic ! Chic ! Je vais pouvoir rester à Nice jusqu’au Carnaval et même jusque fin février (euh non, fin février je vais faire le moniteur de ski avec trois petits, trois grandes et un papy…) : en effet un courant d’air salubre semble se lever. Lisons le Nice-Matin tout frais du jour :

Dieudonné« Dieudonné annulé au Nikaïa : Contacté lundi par Nice-Matin, Me Sanjay Mirabeau, avocat de l’humoriste Dieudonné, affirme qu’il n’a reçu aucune réponse légale négative, ou avis d’annulation, de la part de la salle niçoise Nikaïa. Et ce, alors que son spectacle « Le mur » qui devait y être programmé le 1er février à 20h30, apparaît comme « annulé » sur les différents sites de réservation en ligne. L’avocat affirme qu’une nouvelle demande, faite au nom de l’artiste, va être déposée prochainement. Du côté du Palais Nikaïa, on répond que la salle était « indisponible » à cette date là. Les explications complètes du responsable du Palais Nikaïa sur cette annulation, et plus d’éléments, dans votre édition de Nice-Matin de ce mardi. »

Certes, on peut deviner que la communauté juive de Nice, importante, a incité les organisateurs et les politiques à réfléchir. Mais je ne boude pas mon plaisir : si je me méfie des réactions communautaristes – surtout lorsqu’elles sont un peu trop au service d’un autre pays – en l’occurence si la communauté juive de Nice a été partie prenante à cette annulation, elle a bien fait.

Dieudonné est une crapule politique et un humoriste infect, et tout le monde sait bien que lorsqu’on s’en prend aux juifs, ensuite on s’en prendra aux arabes, aux noirs, aux asiatiques, aux américains… Vous me direz : mais il est noir lui-même. Evidemment, mais un raciste reste un raciste et donc avant tout un intolérant : alors il s’en prendra à ceux qui s’opposent à ses idées venimeuses, peu importe la couleur de leur peau.

Je ne lui souhaite pas de mal, à ce nostalgique des régimes les plus vils ; ou plutôt si, quand même : la lecture intégrale des discours de Nelson Mandela avec obligation d’en réciter 200 lignes en ouverture de chacun de ses spectacles…

 30 décembre 2013