2014 10 15 : Magnifique duo à Pleyel (Khatia Buniatishvili et Renaud Capuçon)

Oui, ce 13 octobre salle Pleyel, nous avions le bonheur d’entendre un superbe duo : Khatia Buniatishvili et Renaud Capuçon, venus nous interpréter des œuvres de Dvorak (quatre pièces romantiques op. 75), Franck (sonate violon et piano en la majeur) et Grieg (sonate violon et piano n° 3).

Même programme donc que le CD sorti le jour même chez Erato.

Capuçon Buniatishvili Cover High ResToutes ces œuvres étaient interprétées avec la subtilité et le sens de la mélodie que l’on reconnaît à ces deux artistes. Dans la notice du CD, Renaud Capuçon indique que Khatia et lui, malgré leurs différences de caractère, ont en commun leur passion pour la musique de chambre. Pour la passion, à les entendre ensemble ce soir-là, on le croit sans réserve… et question caractère, à observer un peu Khatia, on imagine qu’il n’a pas tort !

Deux de ces oeuvres éveillaient chez moi une résonance particulière :

Les quatre pièces romantiques de Dvorak, car je les ai découvertes à l’occasion d’un voyage à Prague en septembre 1997 : j’avais demandé à notre ami interprète, un homme de grande culture, de me conseiller pour l’achat de quelques CD ; et parmi ceux que j’avais trouvés chez un disquaire près de l’opéra de Prague, il y avait ces pièces romantiques, enregistrées en 1971, au violon par bien sûr la gloire nationale Josef Suk et et au piano par Alfred Holeček. Depuis lors, 17 ans donc, j’écoute ce CD pratiquement une fois par mois.

La sonate violon et piano de Franck, parce que je l’avais déjà entendue jouer par Khatia Buniatishvili et Renaud Capuçon au Festival de Saint-Denis en juin 2010, dans la bibliothèque de la Légion d’Honneur. C’est la première fois que j’entendais en direct Khatia Buniatishvili ; était-ce la première fois qu’elle se produisait en France ? Je n’en suis pas certain, même si je guettais attentivement ses apparitions depuis que j’avais écouté sur une radio, ébloui et même un peu stupéfait, sa prestation au Concours Arthur Rubinstein de Tel-Aviv en 2008… à 21 ans !

Buniatishvili-Capucon IMG_20141013_222537Alors, l’interprétation de cette sonate par Khatia Buniatishvili et Renaud Capuçon a-t-elle évolué en quatre ans ? Je serais bien incapable de le dire ! En tout cas, je l’ai trouvée plus claire et subtile que les quelques-unes pourtant remarquables que je connais : Régis Pasquier & Catherine Collard, Emmanuel Krivine & Christian Ivaldi, et Josef Suk & Jan Panenka

15 octobre 2014