2014 02 10 : Paris-Clichy-Wepler, prix littéraire, dîner culturel

Au Wepler, place de Clichy, je suis régulièrement convoqué pour un dîner – séance de travail. Au menu, le roman français, puisque cette insubmersible brasserie parisienne délivre chaque année depuis 1998 un  Prix littéraire réputé à juste titre car, lorsqu’on en regarde le palmarès avec recul, il vaut bien d’autres par sa pertinence. Ce prix est décerné par un jury tournant (ceci explique peut-être cela) :

  • 1998 – Florence Delaporte, Je n’ai pas de château
  • 1999 – Antoine Volodine, Des anges mineurs
  • 2000 – Laurent Mauvignier, Apprendre à finir
  • 2001 – Yves Pagès, Le Théoriste
  • 2002 – Marcel Moreau, Corpus Scripti
  • 2003 – Éric Chevillard, Le Vaillant Petit Tailleur
  • 2004 – François Bon, Daewoo
  • 2005 – Richard Morgiève, Vertig
  • 2006 – Pavel Hak, Trans
  • 2007 – Olivia Rosenthal, On n’est pas là pour disparaître
  • 2008 – Emmanuelle Pagano, Les Mains gamines
  • 2009 – Lyonel Trouillot, Yanvalou pour Charlie
  • 2010 – Linda Lê, Cronos
  • 2011 – Éric Laurrent, Les Découvertes
  • 2012 – Leslie Kaplan, Millefeuille
  • 2013 – Marcel Cohen, Sur la Scène intérieure. Faits

Et lorsqu’on regarde la mention spéciale du Prix, c’est presqu’encore mieux :

  • 1999 – Vincent de Swarte, Requiem pour un sauvage
  • 2000 – Richard Morgiève, Ma vie folle
  • 2001 – Brigitte Giraud, À présent
  • 2002 – Thierry Beinstingel, Composants
  • 2003 – Alain Satgé, Tu n’écriras point
  • 2004 – Jean-Louis Magnan, Anti-Liban
  • 2005 – Zahia Rahmani, « Musulman » Roman
  • 2006 – Héléna Marienské, Rhésus
  • 2007 – Louise Desbrusses, Couronnes boucliers armures
  • 2008 – Céline Minard, Bastard Battle
  • 2009 – Hélène Frappat, Par effraction
  • 2010 – Jacques Abeille, pour l’ensemble de son œuvre
  • 2011 – François Dominique, Solène
  • 2012 – Jakuta Alikavazovic, La Blonde et le Bunker
  • 2013 – Philippe Rahmy, Béton armé

2014 02 08 Paris place de Clichy Wepler 17Oui, mais voilà, un prix littéraire, cela se prépare, minutieusement. Travail harassant, fastidieux, difficile, qui sollicite l’intelligence, la sensibilité, l’équité, la liberté d’esprit et la largeur de vues ! Ouf ! Alors le dîner préparatoire à la séance de travail n’en est que plus appréciable. Mes co-sélectionneurs sont, l’un compétent et les deux autres charmantes, et le dîner est GRATUIT, généreusement offert par Monsieur Michel Bessière, propriétaire des lieux !!

10 février 2014